lundi 29 octobre 2012

Dépose minute

Le fonctionnement de la dépose minute est désormais un classique des conseils d'école. Pourtant la situation n'est toujours pas satisfaisante, ni pour les parents qui se rendent à l'école en voiture et ne trouvent pas de place, ni pour les autocars qui n'arrivent pas à accéder correctement à l'espace qui leur est dédié, ni pour celles et ceux qui se déplacent à pied, en bus ou à vélo et qui subissent le stationnement parfois sauvage et le manque de courtoisie de certains. Quand on connait la situation chaque matin, on se dit que c'est un miracle qu'il n'y ait pas encore eu d'accident.

La dépose minute actuelle


La concentration des personnes et des véhicules est un épisode bref qui s'étale sur une demi-heure maximum le matin et plus longtemps le soir. Il en est ainsi parce que la plupart des parents veulent être au même endroit au même moment, bien entendu au plus prêt de l'école. Il n'est malheureusement pas possible d'organiser la rue pour un épisode aussi bref. Exit donc la solution simpliste qui consiste à vouloir augmenter le nombre de places de stationnement directement devant l'école ou derrière d'ailleurs.

Certains parents cherchent une place de stationnement un peu plus loin et viennent déposer leur enfant à pied à l'école. C'est là un comportement exemplaire qu'il convient de saluer et qui gagnerait à être encouragé. Notamment pour les parents d'enfants scolarisés à l'école maternelle qui doivent accompagner les enfants jusque dans la classe. Mais ce n'est pas toujours facile parce que les places dans le quartier sont rares et que tout le monde n'a pas le temps de s'organiser de cette manière. C'est pour ces personnes qu'est prévue la dépose minute. A deux conditions toutefois.

La première c'est que les places de la dépose ne soient pas occupées par des véhicules immobiles qui n'ont rien à voir avec l'école (par exemple des résidents du quartier).
La deuxième, c'est que les places de la dépose ne soient pas utilisées trop longtemps et que chacun "laisse la place aux autres" une fois que son enfant est arrivé dans la cours de l'école. Cela implique que la dépose ne soit pas trop éloignée de l'entrée de l'école et qu'que les entrée et sorties de la dépose ne soient pas génées.

Sur la base de ces réflexions, nous avons proposé à la Ville de Strasbourg de revoir l'aménagement de la dépose minute selon les principes suivants (cf. schéma plus bas) :
  • les autocars devraient stationner le long de la rue et non pas à proximité des enfants et de la dépose minute.
  • il serait souhaitable de séparer le trafic lié à la dépose minute de celui lié à la route pour en fluidifier le fonctionnement. Nous proposons donc de réouvrir le couloir de dépose en créant une file séparée de la route. Ceci permettra de disposer de places supplémentaires et de faciliter la sortie des véhicules stationnés sur les places de dépose déjà existantes (marche avant plutôt que marche arrière).
  • tout changement doit permettre d'améliorer la cohabitation entre les modes de transport et de garantir la sécurité des plus faibles, en premier lieu des poussettes et des enfants. L'ouverture de la voie de dépose dout donc s'accompagner d'une protection des zones où attendent les parents et les enfants.
  • il est nécessaire de sensibiliser les parents et les résidents au fonctinnement de la dépose, le cas échéant par la présence de la police municipale.
En conseil d'école du 25 octobre la Ville de Strasbourg a proposé qu'un groupe de travail soit mis en place pour trouver une solution et améliorer le fonctionnement d'ensemble. Nous espérons pouvoir y participer et vous tiendrons informés de l'avancée des travaux. D'ici là, n'hésitez pas à nous faire part de vos remarques.

Notre proposition d'aménagement de la dépose minute

1 commentaire:

Anonyme a dit…

Il faudrait la présence d' un agent ou des agents, que ce soit agents policiers ou les bénévoles, pour faire circuler les voitures. 30 minutes x 4 jours par semaines n'est pas excessif... La ville devrait avoir des moyens de mobiliser les ressources...

Il faut une communication "rappel" claire et précis pour dire aux parents ce qu'il faut "faire", non pas ce qu'il ne faut pas faire. Eviter des messages indirects pour faire une réflexion ou reprocher..

Chaque parent devrait "déposer et partir" afin de permet la circulation "fluide"..

Il faut une collaboration de tous.